Bienvenue sur HW !
n'hésitez pas à privilégier les commoners, ça vous rapportera 30 pts de plus !
n'hésitez pas à poster sur notre fiche bazzart pour faire gagner des points à votre personnage keur

Partagez | 
 

 are you alive or juste existing ? (grace)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatarGrace Blake
MESSAGES : 22 POINTS : 546 SINCE : 31/10/2016 NICKNAME : wandering. FACE, © : abbey lee kershaw.
HEART › : empty.


MessageSujet: are you alive or juste existing ? (grace)   Mar 1 Nov - 19:47

grace blake


- she's the flower
but she's also the rain.
she's the beauty of day,
but also the nights full of pain.
-

l'identité,, grace, elle est celle à l'élégance délicate et fluette, celle qui offre au monde son pardon, celle que l'on considère comme un ange tombée des cieux, celle qui incarne une perfection glaciale, semblable à une statue figée pour l'éternité dans une même perfection.
blake, famille à la renommée internationale, à laquelle elle appartient comme poupée de cire indéchiffrable. une famille souillée par l'odeur de l'or, dégoulinant en des rideaux ambres. une famille aimée pour sa puissance illusoire, l'or détient pouvoir et influence, mais détient-il seulement le bonheur ?
la naissance,, et en un treize mai, dieu offrit à grace la vie, cadeau béni, cadeau maudit. prisonnière dès ses premiers cris d'une même ville à laquelle son âme semble étroitement liée, new york est le berceau de cette poupée de cire désirée par tous. tout ces inconnus qui attendaient ces deux bambins nés sous la même lune. un frère, une soeur, inséparables de leur première année à leur vingt-quatrième.
l'occupation,, et sous les projecteurs, elle se déhanche, elle avance, elle exhale cette beauté que toutes lui envient, que tous lui désirent, cette mannequin plus unique qu'aucune autre. prêtant son corps et son visage à ceux qui lui réclament, personne n'est jamais parvenu à creuser au-delà cette apparence qu'elle offre au monde. certains ont tenté de gratter à la surface, mais elle demeure cette statue de cristal que le monde prétend connaître, mais que personne ne pourra jamais réellement comprendre. que se dissimule t-il derrière cette beauté à prêter que tous contemplent d'un regard à la fois ardent et violent, comme s'ils rêvaient secrètement de lui arracher sa peau et de s'en parer ?
et lorsqu'elle n'est plus cette chair en constante représentation, grace est ce visage derrière son écran noir ébène, ces mains qui frappent à tout vitesse le clavier de son ordinateur, un esprit vif fasciné par un univers virtuel qui lui semble bien plus réel que le véritable monde, s'il l'est réellement. elle s'insinue dans les vies de tout un chacun, hacker à ses nuits perdues. cette fois-ci, c'est à elle de les épier, et non plus à eux. cette fois-ci, c'est elle qui mène la danse. et grace aime tant cette sensation, comme une drogue de laquelle elle ne peut plus se passer.
le coeur, le corps,, grace, celle qui semble n'avoir aucun coeur, aucune émotion, littérale coquille vide. du moins, elle le prétend si ardemment qu'elle parvient à leur faire croire à tous qu'elle n'est que cela, un corps, un visage, une certaine beauté qui finira par faner, fatalement, irrémédiablement. pourtant, en elle, vibrent des désirs qui ne cessent de tenter de la contrôler et qui la terrifient au plus haut point. des désirs attirés par tout ce qui pense, tout ce qui est. elle aime la profondeur des âmes, de toutes les âmes. mais, elle n'en a rencontré aucune à ce jour qui lui donne l'envie d'abandonner cette vie de solitude éternelle qu'elle s'efforce de tenir. qui lui donne l'envie de souffrir.
alors, elle attend. patiemment. elle attend celui ou celle qui fera battre son coeur plus grand.
et tandis que son être se languit de connaître le joug de l'amour, ses parents tentent de lui trouver l'homme idéal, celui qui pourra prétendre à trôner à ses côtés, celui qui pourra hériter de l'or souillé de cette famille noire jusqu'à la moelle. celui qui sera digne des blake.
la famille,, il y a le père, il y a la mère, deux êtres qu'elle n'entrevoit qu'au travers des conventions insensées. ils ne sont rien pour elle, des fantômes passant entre les filets de son existence, des agents tirant la moindre de ses ficelles, poupée manipulée ne parvenant jamais à leur échapper. ils ne voient en elle qu'une certaine rentabilité, profit, profit, profit, mot méprisable qu'ils ne cessent de lui répéter, encore, encore, jusqu'à ce ses oreilles en saignent. ils ne la considèrent pas au-delà de son apparence. comme si grace n'avait aucune émotion, aucun droit, aucune individualité. mais dans sa fragilité soigneusement dissimulée, elle ne parvient jamais à leur tenir tête. elle les voit comme des modèles. du moins, les voyait. à présent, elle n'entretient avec eux qu'un rapport de haine qu'elle tente difficilement de contenir. après tout, grace n'est pas censée ressentir.
et il y a le frère, le jumeau, l'être qui compte le plus pour elle. blue. celui qui lui ressemble en tout point, du moins, en apparence. bien plus comme ses parents, bien plus fidèle au modèle de la société, il ne fait pas de vagues blue. il est la vague. celui qui la protège, celui qui la défend, celui qui force le respect et qu'elle a envié durant toute son existence. elle est la glace, il est le feu, cet être avenant que new york adore, idole.
et à présent qu'elle sait, à présent qu'elle voit le monde tel qu'il est, elle réalise à quel point il est étriqué dans son rôle de fils prodige, rôle de fils parfait. c'est à elle de le protéger de son ignorance dévastatrice. il doit voir ce qu'elle sait, ce qu'elle voit. ou il se perdra, comme elle s'est perdue. et grace l'aime trop pour l'abandonner à sa triste déchéance.
cette famille qui est sienne, cette famille qu'elle n'a pas choisie, mais qui lui était destinée n'est qu'or exécrable. l'or se répand tel la valse du poison en elle, s'insinue dans sa chair, ses os, ses veines. elle n'est plus que cela, richesse dorée qu'elle laisse miroiter aux côtés de cette famille vivant dans cette opulence corrompue. elle se noie, grace. elle suffoque, se débat, se déchaîne, mais peut-elle réellement échapper à cet étau ?
($$$$$$).
la popularité,, des followers plus qu'elle ne peut en compter sur chacun de ses réseaux sociaux, des inconnus par milliers qui l'admirent, l'envient, la désirent. et pourquoi ? pour un mur de perfection ne reflétant que ce qu'elle doit laisser paraître, une perfection insondable. la perfection d'une blake. elle ne peut en dériver pas même une unique fois. connue dès son plus jeune âge par ses parents, riches et célèbres avocats ayant hérités d'une fortune familiale se transmettant de génération en génération. ils l'ont utilisés pour gagner plus encore, elle et son frère. deux perles qu'ils ont vendus à la société sans une once de culpabilité. une société meurtrière et destructice. est-elle seulement destructible ?
la délinquance (oooooo) grace, malgré ce qu'elle laisse paraître, apparence d'une jeune femme délicate et fragile, elle est bien plus que cela. entre son frère et elle, c'est elle qui a le plus dérivée du chemin qui lui était tracé. plus d'une fois, elle a trébuchée, à tentée de s'en évader, de se libérer de cette ville, de cette famille, de cet univers qu'elle haïe. mais, elle ne peut pas, et ne pourra probablement jamais. plus d'une fois, elle s'est jouée de la justice. et personne ne l'a jamais su. jamais jugée, jamais condamnée, l'argent fait des miracles. les apparences sont loin d'être ce qu'elles sont, elle est la première à le savoir.
exceptée cette unique fois, cette seule fois où elle fut condamnée à purger une mince peine de quinze jours pour un crime qu'elle ne pourra jamais se pardonner. il la hante.
jour et nuit.
cet acte qui l'a poussé à être plus que ce qu'elle devait être, fille de riche hésitante et bancale s'affamant à en crever pour frôler des critères de perfections pré établis. ou statue figée appartenant à tout ceux la désirant.
aujourd'hui, elle est plus que ces deux visages.
elle en possède un troisième.


Tweet épinglé,, (15.06.2016.) do you feel like a young god ?

Tweets récents,, (31.10.2016.) tonight reveals who you really are #halloween // (28.10.2016.) blue says hi guys. // (27.10.2016.) busy day today: cover of vogue magazine.

Groupe,, (Choix du groupe.) TRASH dans la peau et dans la tête, grace s'éloigne dangereusement de sa route monotone et longiligne, dérivant vers ce qu'elle ne devrait pas être. une révolutionnaire, de ceux qui ont les tripes à l'air et rêvent de changer le monde, vers quelque chose d'autre, un quelque chose indéterminé qui ne pourrait se révéler pire qu'une société d'injustice et de misère. grace, elle a envie de liberté, elle a envie de vivre comme tous les autres, elle a envie que le monde évolue vers l'apogée d'une beauté pendant longtemps oubliée. non pas une beauté éphémère, mais une beauté intemporelle. derrière son écran noir, elle tente d'exister, de laisser sa trace, de donner à son existence un véritable sens. elle espère quitter ce monde d'apparence pour se glisser vers un univers d'authenticité. douce rêveuse aux espoirs digitaux. //
(avis sur les deux autres groupes.) il y a ceux qu'elle devrait être, les POWERS. le monde pense qu'elle est des leur. elle l'a été. elle ne veut plus jamais l'être. tout n'est que mensonge, tristesse et solitude dans le royaume du pouvoir démesuré. la mélodie de l'or dans son crâne et dans les leur ne cesse de créer des ravages. chaque jour est un combat permanent pour ne pas sombrer vers la déchéance, un jeu de rôle dont elle ne voulait plus. du moins, elle ne voulait plus celui-ci. elle s'est glissée de l'un à l'autre, poupée désincarnée se perdant entre ses propres identités.
et il y a les COMMONERS, ceux qui lui font pitié en un sens. ceux qui luttent à leur propre façon pour leur propre survie, qui tentent d'ignorer les injustices du monde. ceux vers qui elle tend la main, désespérément. elle les voit se démener, pleurer, clamser, même routine éternelle. et elle en a mal pour eux, grace.
// (ambitions.) grace ne voit jamais dans le futur. elle peine à entrevoir son présent. et en oublie son passé. son seul souhait est de prouver sa valeur, sa véritable valeur en tant que révolutionnaire digitale. offrir à tous la vision d'un monde de liberté, d'égalité, de fraternité. tout ce qui était promis, mais qui ne fut jamais réalisé. mais dans le fond, grace souhaite simplement se trouver, elle n'est encore qu'une enfant perdue entre ses multiples personnalités peinant à retrouver la réalité. elle souhaiterait s'appartenir, ne plus être objet ou instrument.
juste être. exister. être sienne.
pseudo,, wandering. ou lulu pour les intimes. potté un délai? une absence à prévoir?,, je ne sais pas si je vais avoir le temps de finir ma fiche bientôt, je préviens que je vais avoir un bac blanc de vendredi à mardi du coup je ne pourrais pas passer mais dès que c'est fini je reviens viiite. ** et oui je n'ai pas pu m'empêcher de m'inscrire dès son ouverture, vous vendez du rêve, comment je résiste moi ? fall fall avatar,, abbey lee kershaw. liens recherchés,, de tout, tout ce qui vous vient, j'adore recevoir des mp alors n'hésitez pas ! commentaire,, je vous love déjà. **



Dernière édition par Grace Blake le Mer 2 Nov - 17:40, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarGrace Blake
MESSAGES : 22 POINTS : 546 SINCE : 31/10/2016 NICKNAME : wandering. FACE, © : abbey lee kershaw.
HEART › : empty.


MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   Mar 1 Nov - 19:48



- even the darkest night will end,
and the sun will rise.
-


1992,, la ville entière s'enflamme sous l'annonce de la naissance de jumeaux, héritiers des blake. 1993,, baptême des deux nouveaux nés sous le regard médusé de ces centaines d'invités de hautes renommés. tous sont conviés à cet événement d'une ironie palpable, fervente famille croyante, se complaisant pourtant dans la misère du monde et la souillure de leur culpabilité. 2000,, les jumeaux blake sont repérés par une agence de mannequinat. ils ne tardent pas à se faire connaître, aimés et enviés par la société new-yorkaise. un élan de popularité les étreint dans la même année, symbole d'une nouvelle victoire pour les infâmes blake. 2010,, grace renonce le temps de quelques années à sa carrière de mannequin et entre dans l'université de son choix, la Massachusetts Institute of Technology, spécialisée dans la technologie, domaine l'ayant toujours fascinée depuis son plus jeune âge. 2013,, abandonne ses études à la demande de ses parents souhaitant qu'elle reprenne sa carrière initiale. mais, grace ne quitte pas les arts de l'informatique, continuant sa formation durant son temps libre, performant ainsi ses talents de rêveuse digitale. mai 2015,, accident remettant en cause le sens même de son existence. grace passe quinze jours en prison. cet événement fait le tour des réseaux sociaux, " fille des blake condamnée, la beauté ne l'a pas sauvé", "la fille à papa en prison", "quinze jours de rédemption pour la fille blake". un retour médiatique qu'elle ignore, obnubilée par cette nuit maudite qu'elle ne peut oublier, cauchemar permanent l'étreignant. 2016,, grace s'engage dans le groupe de pirates ares, jouant un double jeu entre son rôle de mannequin digne héritière des blake, et hacker aux concepts révolutionnaires.


noir, dans ses yeux apeurés.
noir, dans son coeur gémissant.
noir, dans son monde désorganisé.
couleur de la fatalité qui l'oppresse et la hante, nuance ténébreuse l'enveloppant d'un sentiment de vulnérabilité. elle ne peut y échapper, elle en est prisonnière, et ce le temps d'une longue et douloureuse éternité. recroquevillée dans un coin de la pièce, se balançant d'avant en arrière, grace ressent une implosion d'émotions en son être frêle et glacé. elles valsent sur elle, autour d'elle, elle elle. l'assènent de pensées despotiques desquels elle ne peut se libérer.
solitude frigide des nuits monotones, et des jours inexistants, elle n'a plus conscience du temps. elle en vient à se demander, dans un coin de son esprit assiégé par le doute et la peur, le monde existe t-il réellement ? suis-je bien réelle ?
et dans le fond, elle aimerait que rien de tout cela ne soit concret, que tout ne soit que mirage monstrueux. elle aimerait ne rien ressentir, ne plus entendre ses pensées se succéder, s'enchaîner maladroitement d'un cliquetis crispant, engrenage infernal et rouillé claquant dans sa tête, sans jamais s'arrêter. elle aimerait ne plus percevoir que le silence, un long et profond silence duquel elle ne s'éveillerait jamais. mais, grace a voulu tant de choses, et n'en a eu si peu. grace est de celle dont les souhaits l'ignorent et s'envolent dans l'au-delà du monde. grace est de celle dont les voeux sont probablement irréalisables. grace est une rêveuse détruite par une désillusion latente et permanente.
dans l'obscurité de sa cellule étroite et glaciale, elle a le sentiment de redevenir une enfant. cette petite fille qui n'avait pas encore goûté aux joies erronés d'un monde sans couleurs. cette petite fille qui croyait que tout était beau. elle voyait alors de la beauté en chaque personne, en chaque objet, en chaque réalité. sa grande maison vide ne lui inspirait qu'un sentiment d'infini qui la fascinait. ses parents fantômes n'étaient à ses yeux que des êtres de perfection qu'elle admirait pour leurs prestances incomparables, leurs sourires factices semblant alors authentiques, leurs réussites enviées par tous. le monde grouillant de misère et d'injustice se transformait sous son regard océan en une carte postale immaculée qu'elle ne cessait de contempler en un sourire incompréhensible.
elle était naïve et innocente. elle incarnait ce qu'il y a de plus beau en cet univers chaotique. ce qui n'est pas encore détruit par les années, les réalités, les espoirs.
la grace d'aujourd'hui se souvient du jour où elle perdit cette précieuse disposition à embellir ce qui n'était que laideur grotesque.
le jour où elle du affronter sa plus grande peur.
le noir.
les ténèbres.
la fatale réalité.

son père lui avait déclaré d'un ton solennel et froid qu'ont les grandes personnes lorsqu'elles parlent de principes soit disant pré établis.
" grace, tu ne peux pas avoir peur du noir. ".
sur ces mots douloureux et saisissants, il l'avait enfermé dans sa chambre spacieuse et obscure. les volets de sa fenêtre filtraient à peine la lumière, éclairant fébrilement les derniers recoins de sa cage de cristal. enfant apeurée tentant de trouver la lumière, une lumière fuyante aux éclats fiévreux. au fil de la soirée, la nuit s'est imposée, le jour s'est éclipsée. mais pas la terreur de la petite fille. celle-ci est restée ancrée en elle, poison la paralysant peu à peu.
des ténèbres à perte de vue, des ténèbres qu'elle ne pouvait transformer en quelque chose de plus beau, étant de nature un vide indéfini. comment transformer ce qui n'est pas ? et plus encore, pourquoi en avoir peur ?
elle ne le savait pas, mais son instinct la poussait à la terreur. terreur muette créant dans son esprit des scénarios despotiques.
et si des monstres l'encerclaient en ce même instant ? et si elle n'entrevoyait plus jamais la lumière du soleil ? des interrogations sans réponses, se faufilant dans son coeur et l'inhibant instantanément.
tremblement incessant, peur mortelle, enfant ravagée.
alors, elle hurla. elle hurla lorsqu'elle réalise que toute lumière l'avait quitté. elle hurla lorsqu'elle commença à douter de sa propre consistance. elle hurla lorsqu'elle entrevu son innocence dorée la quitter. elle hurla parce qu'elle comprit ce qu'est la réalité, saisit les nuances plus noires du monde, assimila la véritable nature de l'humanité.
les monstres ne sont pas au dehors.
ils sont en nous, en eux, en elle.
au coeur de sa terreur, grace perdit tout ce qui la rendait belle.
mais ce dont elle se souvient le plus, c'est de sa porte qui s'est entrouverte sur un visage familier et humain. une vague bleue délicate et sensible, la transportant vers des paysages moins obscurs. il s'est approchée d'elle, blue. il l'a pris dans ses bras et il lui a promis que tout irait bien, que tout irait toujours bien. ce jour là, grace a compris qu'il lui mentait. elle qui n'avait aucune idée de ce qu'était un mensonge auparavant. mais, elle a aussi compris que c'était pour son propre bien. et que lui-même n'avait pas conscience de lui mentir. l'innocence se trouvait encore en lui. et près de lui, près de la lumière de son regard bleuté, elle l'a retrouvé, cette naïveté protectrice qu'elle avait égaré. le temps de quelques instants. instants sacrés et magiques, qu'elle ne pourrait oublier. cette nuit là, grace s'est murmuré, que l'obscurité n'était pas une fatalité.

et aujourd'hui, dans sa cellule creuse et solitaire, aux lumières éteintes, elle se demande si elle avait raison. elle se demande si elle parviendra jamais à s'extirper de ces ténèbres infinis, si enfouis en elle qu'elle ne parvient plus à en distinguer les contours du monde, les contours de son propre corps en lambeaux. que reste t-il de celui-ci ? que reste t-il de cette coquille vide sublimée par leurs regards aveugles ? voit-il réellement ce qu'elle est lorsqu'ils la dévisagent ? grace, reflet d'une beauté fanée bien avant l'âge. elle pourrit de l'intérieur, et personne ne l'a jamais remarqué. ni ses parents, ni blue, ni même elle avant cette nuit.
grace se souvient du jour où elle vendit son âme au diable, sans l'once d'un soupçon, sans la moindre hésitation. déhanchement de son corps fébrile, papillons explorant les artères de son être, éclats fugaces et vivaces giflant son visage pâle. ordres rudes, ordres secs, ordres de travers. elle n'était qu'une enfant, dont l'apparence hivernale fascinait. cette enfant qui ne souriait presque jamais. cette enfant qui s'appliquait sous le regard cruel des caméras. sous le regard de ses parents fantômes ne la voyant pas elle, mais le profit et l'or jonchant le moindre de ses pores. sous le regard de son propre frère qui ne saisissait pas qu'ils n'étaient que des pantins. grace, elle l'avait immédiatement compris. et pourtant, elle a perpétué ce supplice, attraction pour les uns, corps sans émotions pour les autres. à quel moment son corps lui appartint vraiment ? recouvert de milles et uns artifices, le noir de leur monde chaotique, s'insinuant davantage en elle au fil des années, détériorant son soi intérieur bouffé par ce mal être grandissant. dans son crâne malmené, résonnait le cliquetis incessant des appareils photos capturant sa douleur intérieure figée, à jamais cristallisée. et la mélodie de ces regards féroces se déposant sur sa peau dorée, l'examinant, la jugeant, la dépeçant vivante, fragment après fragment. elle en avait mal de ces milliers de regards qui brûlent sa peau, laminent sa chair et broient son âme. elle en a toujours mal. sous leurs yeux, elle n'est plus grace. elle est cette chose humaine qu'ils s'approprient, eux, les photographes, les âmes de cette ville qu'elle maudit, ses propres parents. bête de foire avec laquelle ils s'amusent, jusqu'à ce qu'elle en perde toute humanité. grace aurait aimé être comme tout les autres enfants. rire, sourire, vivre. et pourtant, son existence se résumait à ces journées artifices entre l'exhibition de son être sous ce cliquetis malhonnête, et des cours particuliers, profondément incomplets. engrenage infernal jusqu'à ce jour fatal. le jour où elle aurait du refuser, tourner les talons et vivre une nouvelle vie, une véritable vie, de ces vies que l'on ne regrette pas. quels sont-elles ? elle n'en eut jamais aucune idée. mais certainement pas celle-ci, pas la sienne.
dans sa cellule aseptisée, elle se souvient de ce jour. froid, hivernal, métallique. sa peau dévoilée brillant sous les néons à la lumière tamisée, traçant des courbes sur sa chair exposée. voile d'impudeur, corps frissonnant, cristaux à la surface de ses yeux océans, vagues silencieuses qu'elle ne pouvait contenir. âme insensible déposant sa main sur son visage, caresse mortelle lui volant quelques frissons. il lui murmura:
" grace, si tu veux que ta carrière évolue, tu dois leur en donner plus. ton corps est un art que tu te dois de dévoiler. "
couteau dans son ventre, son coeur, sa tête. elle ne pouvait pas. elle ne voulait pas. et pourtant, le regard insistant de ses parents la transperça sauvagement. elle ne pouvait pas l'éviter. encore une fois, elle était leur poupée docile, et peu importe sa volonté, s'ils souhaitent d'elle quelque chose, elle devait le leur donner. vêtements qui glissèrent le long de sa peau, exposition sous ce cliquetis intarissable de sa chair pâle imbibé de lumière translucide. grace se perdit. elle quitta son corps, son âme s'envola. et c'était probablement mieux ainsi.
les années se sont enchaînées, douloureuses et langoureuses, jusqu'à ce qu'elle trouve un moyen de s'échapper. cours, cours, enfant sauvage. tes démons te poursuivent.
elle se souvient,
du silence.
beau silence, doux silence, délicat silence.
cette paix intérieure l'envahissant. pour la première fois depuis longtemps, elle entendait les battements de son coeur.
boum, boum, boum.
elle avait un coeur. un véritable coeur, niché au creux de sa poitrine. un coeur qui lui susurrait qu'elle avait trouvé le bonheur, loin des regards de toutes ces âmes se jouant d'elle. grace n'était plus en représentation. derrière son écran noir, c'était elle qui apprenait à les observer. qui les examinait, les jugeait, les analysait. c'était elle qui détenait l'illusion d'un pouvoir virtuel. elle a appris plus en trois ans dans cette université qu'en dix-huit ans auparavant. mais, tout bonheur n'est qu'éphémère. une mélodie à laquelle on s'accroche, que l'on chantonne, avant de réaliser que soudainement, on en a oublié les paroles. qu'était le goût du bonheur ? amer, délicat, sulfureux ? qu'était sa consistance ? immatériel, émotionnel ? était-il vraiment là ? n'était ce pas qu'un doucereux rêve duquel elle s'est soudainement éveillée ? le jour où ses parents fantômes sont soudainement devenus plus tangibles qu'ils ne l'avaient jamais été. elle se souvient de leurs paroles, s'invitant dans son esprit et semant un chaos indéfinissable.
" grace, tu vas échouer. ton seul talent réside en ta beauté de laquelle tu as hérité. tu dois en profiter avant qu'elle ne se fane, et ce, à jamais."
elle ne sait pas pourquoi elle accordait tant d'importance à ces êtres monstrueux. pourquoi elle voulait même qu'ils ressentent une quelconque fierté pour elle. pourquoi elle croyait en leurs croyances plus qu'en ses propres convictions. alors, comme toujours sous le joug du doute, elle a abandonné. elle s'est abandonnée. terrifiée non pas à l'idée d'échouer, mais à l'idée de leur donner raison, elle s'est éclipsée et s'est rendue à ses démons. au grésillement immortel des caméras et des regards.
et pendant deux longues années, grace se trouvait en chute libre. une chute sans fin de laquelle elle ne reviendrait jamais. elle s'est affamée pour correspondre de ces nouveaux critères de beauté plus intransigeants que les précédents. une faim mordante la rongeait. une faim de vengeance. contre toutes ces années volées qu'elle ne pouvait récupérer. mais, la personne qu'elle haïssait le plus, résidait en elle. grace parvenait à peine à se contempler dans un miroir. dès que son regard croisait son visage défiguré par une certaine maigreur, elle n'entrevoyait que l'ombre d'une lâche, esclave de sa peur et de ses insécurités. jusqu'au jour où malgré ses espoirs, sa chute libre s'acheva. elle toucha le fond, une fin qu'elle pensait inexistante. une fin qui l'avait entraîné dans cette cellule grise, livide. cette nuit maudite.
grace n'avait jamais bu. et pourtant, ce soir là, elle voulut se perdre entre les dérives de son inconscience. elle voulut oublier ses regrets du passé, sa faim, sa propre inconsistance. son univers sombre s'est transformé en un ensemble de reliefs désorganisés, couleurs explosives et nuancées, réalités mensongères. tout lui semblait beau. tout lui semblait réalisable. elle s'est glissée au volant de sa voiture, et a emprunté les rues bondées de new york. jusqu'à ce qu'elle se perde entre des ruelles obscures, perdues, et vides. filant à toute vitesse, elle riait à gorge déployée. elle riait d'elle-même et de ce qu'elle était devenue. une caricature informe d'une fille célèbre et riche. elle n'a pas vu son ombre. ou du moins, elle l'a entrevu. mais dans son esprit, il n'était qu'un mirage. similaire à toutes ces ombres jonchant son existence. et pourtant, le choc fut bien réel. choc de son corps contre le métal rigide, choc de son esprit réalisant l'étendu de son erreur, choc de son corps paralysé par une réalité inconcevable. choc, choc, choc. qu'avait-elle fait ?
dans sa cellule psychique et physique, grace ne cesse d'entrevoir le visage de sa victime, au tribunal. ce jour vaporeux paraissant irréel. ce jour où tout ces regards la dévisageaient fatalement. et le sien. lui. celui à qui elle avait retiré un fragment. l'homme aux plaies lustrant son visage, et au bras envolé. paralysé du bras droit. lorsqu'elle l'a regardé, lorsqu'elle est passé près de son corps furibond, elle l'a supplié de lui pardonner. de toute son âme. ou du moins, de tout ce qu'il en restait. mais, ce n'était probablement pas assez. et ne le serait jamais. elle a lu dans son regard ce qu'aucun autre ne lui avait jamais murmuré. un regard qui hurlait l'injustice d'une société effroyablement inhumaine, dont le seul dieu brillait d'un or éclatant et fourbe. l'or de ses parents. quinze jours de prison uniquement après avoir détruit la vie d'une personne. elle en aurait mérité tellement plus. si la situation avait été inversé, il aurait été emprisonné durant des années. sa tête entre ses genoux, elle ne cesse d'entrevoir les traits de son visage informe, détruit par la douleur. elle ne cesse de se poser des questions sur lui, était-il heureux ? lui a t-elle arraché son bonheur ? est-elle son démon ?
alors, comme lorsqu'elle était enfant, dans l'intensité de ces ténèbres l'effrayant, ne parvenant pas à se regarder en face, grace hurle. un hurlement strident et violent. grace frappe. des gestes affolés et désespérés. grace vit. une vie fureur, une vie rebelle. sauf que cette fois-ci, blue n'est pas là pour la prendre entre ses bras, pour la réconforter, pour lui promettre des mensonges dans lesquelles elle se complaira. cette fois-ci, elle dévisage la réalité. elle n'est plus une enfant à présent. elle se doit d'agir en conséquence. elle comprend ce qu'il lui reste à faire si elle veut vivre avec elle-même. elle comprend qui elle est.
et lorsque ses barreaux s'ouvrent sur la lumière traître du dehors, elle en sort d'une prestance majestueuse, assaillie par un cliquetis incessant qu'elle ignore. grace n'est plus effrayée par les ténèbres. et à présent qu'elle a vaincu son plus grand ennemi, elle peut se résoudre à le détruire.
De sa voix délicate et somptueuse, elle se murmure, un poème enfoui au creux de sa mémoire:

"Rage, rage against the dying of the light.
Do not go gentle into that good night. "






Dernière édition par Grace Blake le Ven 4 Nov - 21:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarBlaise Raeken
and a smile made for war.
MESSAGES : 355 POINTS : 1139 SINCE : 26/10/2016 NICKNAME : mel (ishtar) FACE, © : max irons, © balaclava, endlesslove.
HEART › : stay away from the ones you love too much. those are the ones who will kill you.


WHO ARE YOU REALLY ?
carnet d'adresse:
libre ?: closed (0/3) julia, isaac, lysandre

MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   Mar 1 Nov - 19:57

ABBEY LEE I love you I love you
elle se fait tellement rare alors qu'elle est magnifique bril
bienvenue ma beauté, bonne chance pour ton bac blanc, je suis en train de dévorer ta fiche et je te mpotte dans la seconde pour te proposer un lien perv

_______________________

I break down, only alone I will cry out loud You'll never see what's hiding out Hiding out deep down I know I've heard that to let your feelings show Is the only way to make friendships grow But I'm too afraid now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarMaxine Boone
we keep this love in a photograph.
MESSAGES : 358 POINTS : 780 SINCE : 26/10/2016 NICKNAME : marie (wrecked) FACE, © : sarah gadon @bbblaise.
HEART › : married. not that happy.


WHO ARE YOU REALLY ?
carnet d'adresse:
libre ?: (5/5)

MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   Mar 1 Nov - 20:14

ça y est tu postes, je peux te harceler de bisous hin hin
bienvenu choupette, et merci encore pour tout le soutien et tout l'amour

n'hésite pas à me contacter au besoin, moi aussi j'aime bien les mp. et merde pour ton bac blanc red

_______________________


I don't wanna be someone who walks away so easily. i'm here to stay and make the difference that I can make. Our differences they do a lot to teach us how to use The tools and gifts we got, yeah, we got a lot at stake and in the end, you're still my friend at least we did intend For us to work we didn't break, we didn't burn. We had to learn how to bend without the world caving in. I had to learn what I've got, and what I'm not, and who I am @jason mraz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wakethefup.forumactif.com/t19-divine-idylle-max

avatarGrace Blake
MESSAGES : 22 POINTS : 546 SINCE : 31/10/2016 NICKNAME : wandering. FACE, © : abbey lee kershaw.
HEART › : empty.


MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   Mar 1 Nov - 20:54

blaise > max irons, ce dieu derp **
mais ouiiiii elle est parfaite et on la voit si peu scream fall en tout cas, mercii pour cet accueil de foulie (et le soutien pour le bac blanc j'en ai besoin mdr) et pour avoir envahi ma boîte mp je vais dévorer à mon tour ta fiche et je réponds à ton beau mp ehehe

maxine vouuuui j'adore être harcelée de bisous encore merci pour l'accueil et pour avoir crée cette merveille, encore une fois, vous avez fait un travail de maladeee fall j'suis trop heureuse d'être ici voilà. bril au passage j'aime tellement ton avatar et ce prénom, il est juste sublime. nous faudra un lien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarLysandre Flores
il fait jouer les violons.
MESSAGES : 275 POINTS : 899 SINCE : 28/10/2016 NICKNAME : weasleys + léa. FACE, © : dane dehaan + BALACLAVA.
HEART › : almost married, its just a matter of months.


WHO ARE YOU REALLY ?
carnet d'adresse:
libre ?: (2/4).

MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   Mar 1 Nov - 20:54

bienvenue parmi nous, j'aime énormément ta plume, j'ai hâte de pouvoir lire l'histoire de grace. I love you abbey est vraiment magnifique aussi, elle est tellement rare. cute bon courage pour ta fiche, et hésite pas si tu as besoin. bril

_______________________

    head in the dust ♒︎ Feeling used but I'm still missing you and I can't see the end of this. Just wanna feel your kiss against my lips and now all this time is passing by but I still can't seem to tell you why. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wakethefup.forumactif.com/t34-nothin-but-love-under-the-s

avatarGrace Blake
MESSAGES : 22 POINTS : 546 SINCE : 31/10/2016 NICKNAME : wandering. FACE, © : abbey lee kershaw.
HEART › : empty.


MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   Mar 1 Nov - 22:13

gosh dane, je viens juste de le voir dans kill your darlings, il est franchement parfait cet acteur fall en plus je ne le vois pas souvent sur les forums bril
en tout cas, merciii beaucoup pour l'accueil, ça fait vraiment plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarBlaise Raeken
and a smile made for war.
MESSAGES : 355 POINTS : 1139 SINCE : 26/10/2016 NICKNAME : mel (ishtar) FACE, © : max irons, © balaclava, endlesslove.
HEART › : stay away from the ones you love too much. those are the ones who will kill you.


WHO ARE YOU REALLY ?
carnet d'adresse:
libre ?: closed (0/3) julia, isaac, lysandre

MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   Ven 4 Nov - 23:59

CONGRATS LITTLE bunny

c'est toi le plus beau, le plus grand, le plus fort.
"et lorsqu'elle n'est plus cette chair en constante représentation, grace est ce visage derrière son écran noir ébène, ces mains qui frappent à tout vitesse le clavier de son ordinateur, un esprit vif fasciné par un univers virtuel qui lui semble bien plus réel que le véritable monde, s'il l'est réellement. elle s'insinue dans les vies de tout un chacun, hacker à ses nuits perdues. cette fois-ci, c'est à elle de les épier, et non plus à eux. cette fois-ci, c'est elle qui mène la danse. et grace aime tant cette sensation, comme une drogue de laquelle elle ne peut plus se passer." je te l'ai déjà dit, j'adore ta fiche, TOUTE ta fiche, donc je ne cite que ce passage mais j'aime vraiment, vraiment tout, surtout l'histoire, ta plume mamamia fall
j'adore l'idée de la power qui se retourne contre son monde, j'adore, j'adhère, j'attendais avec impatience ce personnage qui changerait de camp, donc bienvenue chez les trash, fais attention à mon petit blaise, veux-tu hin

mais passons à la partie administrative copiée/collée parce que faut pas déconner, personne aime rédiger ça. maintenant que t'es validé(e), que t'as ta jolie couleur, que t'es prêt(e) à rp, faut aller recenser tout ce qu'il faut savoir sur ton perso ici (avatar, métier, logement, entreprise, double compte) mais aussi les points que tu as gagné pour te perso. c'est par ici si t'es un trash, ici si t'es un commoner et ici si t'es un power. si tu veux créer un pré lien, c'est par ici, mais va bien lire les règles des pré-liens avant, histoire d'être bien sûr. au pire, le staff te réorientera sans soucis. va créer ta fiche de liens ici et tes réseaux sociaux ici (twitter) ici (instagram). crée ta boite mail ici. c'est bon, t'as fait le tour ? alors c'est parti ! félicitations de la part de toute l'équipe administrative et bon jeu  mel

_______________________

I break down, only alone I will cry out loud You'll never see what's hiding out Hiding out deep down I know I've heard that to let your feelings show Is the only way to make friendships grow But I'm too afraid now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatarGrace Blake
MESSAGES : 22 POINTS : 546 SINCE : 31/10/2016 NICKNAME : wandering. FACE, © : abbey lee kershaw.
HEART › : empty.


MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   Sam 5 Nov - 13:50

olalala tout ces compliments t'es un ange je suis trop trop heureuse que ma fiche te plaise bril et du coup MERCIII pour la validation ! pour ce qui est de blaise, je ne peux rien promettre, mais je vais essayer hin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: are you alive or juste existing ? (grace)   

Revenir en haut Aller en bas
 
are you alive or juste existing ? (grace)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I just want to feel alive. (ft. Andrew)
» Dead or Alive 2 Millenium (Smiletkidi)
» Qui veut essayer OpenNab ? Juste au cas où...
» TURBO MOMIES / MUMMIES ALIVE ! (Kenner) 1997-1998
» Juste mon avis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HELLO WORLD :: WHO'S WITH US ? :: VIEW SOURCE :: BACK UP-
Sauter vers:  
welcome world
EPISODE UN : Ares, groupe de hackers militants, déclare la guerre à la société new-yorkaise. n'hésitez pas à répondre au TC et à réagir via le #HELLOARES.
00. 00. 00.